Coryza : la grippe du chat

Coryza la grippe du chat
Coryza la grippe du chat

Le coryza est une maladie contagieuse qui sévit chez les chats, au même titre que la grippe chez l’homme. Cette maladie virale reste dangereuse pour les chats non vaccinés, vivant en groupe ou même chez un particulier. Comment la reconnaître et quels sont traitements existants ?

Coryza : quels symptômes ?

Le coryza est une maladie virale qui atteint le système respiratoire (poumon, nez, sinus, yeux). Cette maladie attaque le plus souvent les chats vivant en refuge, pensions, chatterie ou ceux qui sont constamment en contact avec l’extérieur. Attention toutefois, les chats d’intérieur non vaccinés peuvent également être contaminés.

Le coryza, comme la grippe chez l’humain, est très contagieuse. De ce fait, un contact direct n’est pas nécessaire, la contamination pouvant se faire au travers des éternuements ou salives (les chats « crachent » pour défendre leur territoire ou lorsqu’ils sont en contact avec un nouveau chat). La grippe du chat ne représente aucun danger pour ses maîtres, mais ces derniers peuvent transmettre le virus (vêtements, chaussures, etc.), s’ils ont été en contact avec un chat contaminé.
Cette grippe du chat (le calicivirus félin) provoque chez votre petit compagnon de la fatigue et de la fièvre, un écoulement du nez et des yeux (conjonctivite), une perte d’appétit et (l’herpès virus) une infection des voies respiratoires (toux, éternuements, obstruction des sinus) qui peut être très dangereuse pour le chat, voire mortel pour ceux qui ont une défense fragile, cette infection pouvant entraîner une pneumonie.

Ces symptômes sont en général visibles après une période d’incubation comprise entre 2 et 5 jours (période entre la contamination et la manifestation des symptômes).

Coryza : quels traitements ?

Comme il vaut mieux prévenir que guérir, la meilleure façon de protéger votre chat, c’est de le vacciner contre la grippe du chat. En règle générale, les chatons sont immunisés, grâce à l’immunité maternelle, jusqu’à leurs 6 mois. Au-delà de cet âge, il faut penser à les protéger contre les maladies contagieuses, notamment s’ils fréquentent l’extérieur ou d’autres chats.

En terme de traitement, votre vétérinaire pourra vous prescrire des antibiotiques, en comprimés ou en gouttes, un sérum antiviral, du collyre contre la conjonctivite ou encore des séances d’inhalation pour dégager les voies respiratoires. Si votre chat n’est pas craintif et collabore, ces séances peuvent avoir lieu à la maison. Dans d’autres cas, privilégiez le cabinet vétérinaire.
Surveillez constamment votre chat. Malgré une perte d’appétit, il doit en effet continuer à boire pour éviter les ulcères sur la langue et la déshydratation.

Sans aller chez le vétérinaire, le chat mettra un peu plus de temps à combattre les germes pathogènes (entre 10 et 15 jours). Cependant, veillez à lui apporter de l’attention en l’incitant à s’hydrater, en nettoyant régulièrement ses écoulements (oculaires ou nasaux) et en changeant notamment son alimentation pour stimuler son appétit.

Le chat qui vient d’être guéri peut rester contagieux encore pendant quelque temps. Si vous possédez plusieurs matous, isolez autant que possible celui qui est ou qui a été contaminé. Nettoyez notamment régulièrement votre maison, pendant et après cette période de maladie.